Le projet LMI MESO

Laboratoire Mixte International MESO
Mobilités, gouvernance et ressources dans le bassin méso-américain

 Le projet en un clin d’œil

Le LMI MESO cherche à comprendre l’impact des circulations intenses par le « couloir centraméricain » (de biens et produits, individus, idées, savoirs, pratiques symboliques, règles et normes) sur les relations de pouvoir et les formes de gouvernance des espaces et des ressources, notamment en termes de production des politiques publiques et de leur mise en œuvre.

 Contexte institutionnel : Le LMI associe l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD, France), le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS, Mexique) et le siège Costa Rica de la Facultad Latino Americana de Ciencias Sociales (FLACSO, Costa Rica). Il soutient des projets portés avec d’autres institutions en Amérique centrale, Cuba, Haïti, France.

L’équipe de direction est composée de

· Eric Léonard, sciences sociales, Directeur de recherches à l’IRD
· Isabel Avendaño, géographe, Enseignante chercheure à l’UCR
· Odile Hoffmann, géographe, Directrice de recherche à l’IRD
· Emilia Velázquez, anthropologue, Enseignante chercheure au CIESAS
· Abelardo Morales, sociologue, Enseignant chercheur à FLACSO-CR et UNA

Objectifs scientifiques

La question centrale qui structure le projet de laboratoire International peut se formuler de la façon suivante : En quoi les formes actuelles de circulation des personnes (migrations, déplacements, retours forcés, installation), des biens matériels (terres, eaux, mines, ressources naturelles) et immatériels (normes, savoirs, symboles, etc.) contribuent à la redéfinition des collectifs et des champs du pouvoir qui les sous-tendent, que ceux-ci soient institutionnalisés ou inscrits dans les rapports sociaux de la vie quotidienne ? Comment se produisent de nouvelles formes de gouvernance – et de contestation de cette gouvernance -, à différents niveaux d’organisation politico-territoriale, corporative, réticulaire, etc. ? Comment certaines d’entre elles  alimentent ou se constituent en mouvements sociaux ou en courants politiques innovants, qui souvent mêlent les préoccupations écologiques avec des propositions alternatives d’État-Nation par exemple (Équateur, Bolivie). Avec quels impacts sur le développement ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobilités, gouvernance et ressources dans le bassin méso-américain