WP1- Mobilités et reconfigurations de la citoyenneté

Coordinateurs : Odile Hoffmann, Abelardo Morales, María Teresa Rodríguez

La question des migrations sera abordée dans une perspective relationnelle qui appréhende les contextes de la mobilité conjointement aux conditions de l’ancrage et la résidence (qu’elle soit temporaire, éphémère ou plus durable). La figure du migrant sera toujours associée à celle de l’habitant. Il s’agit de s’intéresser à la tension, constamment actualisée, entre mobilité et résidence, circulation et ancrage, de comprendre comment elle se traduit en termes d’échanges et de transformations concomitantes des groupes et des sujets qui sont qualifiés comme immigrants, émigrants, déplacés, « rapatriés », déportés, résidents de plus ou moins longue durée, « autochtones » et « étrangers », etc., selon la place que chacun d’eux occupe dans les configurations transnationales, transrégionales, translocales (Breteil, 2001).

Ces configurations ne résultent pas seulement des interactions entre sujets migrants, ou entre ceux-ci et des institutions sociales et politiques. Elles sont aussi produites par les relations que les migrants établissent avec les résidents, par celles des résidents entre-eux – habitants, entreprises, recruteurs, patrons, etc. –, ou encore par les relations entre les instances culturelles qui participent au système migratoire (en élaborant des récits et des représentations de la migration) comme sont les réseaux sociaux et les communautés, leurs frontières et limites, les espaces propres et les marges qu’ils construisent, etc. En d’autres termes, la migration met en mouvement un ensemble de relations qui dépassent les migrants. La figure du migrant, de l’étranger, n’est pas seulement motif « d’altérisation », d’exclusion ou de rejet, elle peut aussi être objet d’accueil et d’hospitalité (Agier, 2013 et 2016). La migration n’a pas seulement des incidences en termes d’insertion et d’incorporation (ou non) du migrant dans la société d’arrivée, elle induit des transformations réciproques profondes, des migrants et des sociétés d’accueil, qui n’existent plus les un(e)s sans les autres.

A partir de ce paradigme, il est nécessaire d’explorer deux champs qui fondent la vie en société.

Le premier concerne les droits et la citoyenneté : comment, aujourd’hui, se recomposent les rapports entre citoyens et migrants (les « non-citoyens » ?) ? Comment les conditions actuelles de la mobilité organisent, rendent possibles ou redéfinissent les droits et les prérogatives attachés à la citoyenneté au sein des sociétés impliquées dans la migration (émettrices, réceptrices, de transit) et, inversement, comment les statuts et conditions juridiques des personnes migrantes redéfinissent les mondes sociaux de la migration ?

De façon directement liée au précédent, le second champ concerne la gestion des dichotomies entre légalités/légitimités et illégalités/illégitimités, catégories sous lesquelles la citoyenneté – mais aussi la Nation – sont non seulement établies, mais aussi représentées (Ngai, 2004). Si les instances internationales reconnaissent le droit à se déplacer et à migrer comme un droit fondamental, dans le contexte actuel, celui-ci est sévèrement contraint par les arguments sécuritaires, économiques et de souveraineté qu’y opposent les gouvernements locaux et nationaux (López Sala, 2005).

Ce WP cherche à développer des perspectives analytiques qui ne soient pas limitées à une approche des politiques publiques, migratoires notamment, en tant que systèmes régulés par le droit, mais qui s’attachent au contraire aux processus socioculturels et aux relations de pouvoir qui structurent les espaces de la mobilité/immobilité, ainsi que les interactions migrants/résidents (Eguiguren, 2011). Il s’intéresse aux situations d’interaction et aux expériences individuelles et collectives de la tension vécue entre migration et résidence, en particulier dans les contextes sociaux où la précarité du travail accroît les inégalités et la « normalisation » des asymétries légitime des processus d’exclusion de la citoyenneté pour certaines catégories d’acteurs (Moreno Hernández 2014). Afin d’analyser les dispositifs de mobilité/résidence, on s’intéressera à leurs dimensions systémiques, constituées par les acteurs sociaux et leurs logiques institutionnelles formelles, mais aussi aux dimensions subjectives, mobilisées par ces acteurs (migrants, résidents, institutionnels, ONG), de façon individuelle ou collective, pour développer leurs stratégies d’accès aux ressources matérielles et symboliques.

Les propositions analytiques se fonderont sur l’étude de situations concrètes d’émigration et d’immigration, pour lesquelles on observera l’organisation des dispositifs de régulation de la mobilité et les interactions ou les arrangements auxquelles ils donnent lieu. A travers ces arrangements se négocient et se reconstruisent les formes de « vivre ensemble » relativement aux deux champs d’interaction qui nous intéressent : les nouvelles conceptions et pratiques de la citoyenneté et les normativités qui organisent les rapports entre légalité et illégalité. Dans cette perspective, les objets d’analyse concerneront : (i) la négociation et la construction d’arrangements normatifs, formels et informels, autour desquels sont régulés (de façon plus ou moins intentionnelle) l’interlocution, l’accueil, l’intégration, ou le rejet des personnes migrantes aux différentes étapes de la mobilité/résidence (dans l’accès à l’emploi, l’établissement et l’interaction communautaire…) ; et (ii) le rôle de ces arrangements dans les conceptions locales, régionales et nationales de la citoyenneté, du point de vue de la reconnaissance et de l’application des droits et des prérogatives citoyennes, ou, au contraire, du point de vue de l’exclusion des formes de citoyenneté (déni ou non application du droit et, dans les situations extrêmes, mort civile du migrant : Morales, 2007)

Les conditions dans lesquelles se nouent les relations entre les dispositifs de mobilité/résidence et les configurations de la citoyenneté varient d’un contexte territorial à l’autre, d’une époque à l’autre, et même d’un groupe à l’autre disposant pourtant d’origines et caractéristiques socioculturelles affines ; mais ils varient aussi selon les formes de mobilisation de ressources matérielles et symboliques stratégiques par les sujets migrants et leurs interlocuteurs. Là où les conditions structurelles (accès à la terre et à l’emploi, aux droits de citoyenneté, sécurité, stabilité politique, réseaux sociaux…) sont resignifiées et instrumentalisées, tant par les migrants que par les résidents et les différentes instances de gouvernance ou de la société civile, les frontières entre appartenance, citoyenneté, exclusion et illégalité font l’objet de redéfinitions.

Le WP1 s’intéressera à des situations migratoires différenciées, mais qui ont en commun une intensification des mobilités au cours de la période transnationale récente. Il centre ses questionnements sur cette période, tout en prêtant attention aux héritages des mouvements migratoires depuis la fin du XIXe siècle, aux idéologies, pratiques sociales, conflits politiques et circulations culturelles qui les ont alimentées et accompagnées. Les situations migratoires actuelles correspondent à des contextes nationaux déterminés, mais avant tout à des aires de mobilité : le Mexique est un couloir de transit et, de plus en plus, espace de destination) ; le corridor transfrontalier Nicaragua-Costa Rica et celui qui a lié le Salvador et le Honduras sur la période 1931-1969 sont des espaces migratoires consolidés alors que d’autres (Belize) sont plus récents.

Les migrations ont tenu une place spécifique dans la construction des sociétés nationales. Le Costa Rica et le Mexique sont des pays dont les référents socioculturels et historiques contemporains sont autoréférés ; l’immigration y est vue comme « extérieure » à une construction nationale présumée achevée et consensuelle et n’a fait l’objet que récemment (à la fin du XXe siècle) de politiques migratoires. Le Salvador et le Belize, au contraire, sont des sociétés construites par/avec la migration, aussi bien historique que récente, d’immigration et d’émigration, qui toutes deux ont modelé et remodèlent aujourd’hui encore les représentations de la Nation. Le Guatemala, enfin, est un pays où la mobilité transfrontalière et transnationale fait partie de la dynamique sociale quotidienne d’un grand nombre des habitants et de la structure socio-économique de la société en général.

Dans ces cinq pays, le projet cherchera à rendre compte de la production de dispositifs socio-institutionnels, de représentations et de pratiques qui expriment les reconfigurations générées par les migrations. Il s’intéressera aux réponses élaborées par les instances étatiques et les organisations de la société civile, ainsi que dans les espaces communautaires, de quartiers et familiaux.

Le projet sera organisé autour d’une stratégie de travail favorisant les échanges entre terrains et entre approches disciplinaires. Il ne s’agit pas seulement d’échanger des propositions d’analyse, des bibliographies et des résultats dans le cadre des séminaires annuels, mais aussi de partager des terrains à travers des séjours croisés des chercheurs. De cette façon, pour nourrir les échanges au cours des quatre années de mise en œuvre du projet, chaque membre du projet s’engagera à dédier deux semaines annuelles à la mise en commun collective (pour un séjour de terrain et un séminaire de trois jours), en plus du travail individuel réalisé sur son propre terrain de recherche.

Mobilités, gouvernance et ressources dans le bassin méso-américain

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search