WP2- Recompositions territoriales, entre processus identitaires et dynamiques normatives

Coordinateurs : Alvaro Alcántara, Lucile Médina, Tania Rodriguez, Emilia Velázquez

Au cours des trois dernières décennies, d’importantes recompositions territoriales ont affecté les pays de la région du Centre des Amériques, que l’on peut associer à plusieurs processus imbriqués : projets d’intégration mésoaméricaine par l’interconnexion des réseaux et infrastructures ; reformulation des législations foncières, énergétiques et minières ; production de nouvelles normativités environnementales  diffusion de logiques de marchandisation des ressources agraires (Escalante, 2001 ; Carrera, 2003) et naturelles (paiements pour services écosystémiques, écotourisme, réserves privées : Mora Delgado, 2008) ; déplacement de cultures commerciales “traditionnelles” (café, canne à sucre, tabac…) par de nouvelles (fleurs coupées, fruits et légumes, soja, huile de palme, etc.)[1] ; conversion de zones agricoles en espaces urbanisés ou touristiques (Marín, 2015) ; intensification des migrations humaines ; basculement de certains territoires et corridors sous contrôle croissant de groupes criminels transnationaux. Ces changements ont été accompagnés de transformations significatives des processus d’appartenance sociale et d’identification culturelle qui constituaient la base du tissu social de nombreuses régions. Les systèmes de réciprocité et rituels sociaux ont dû s’adapter aux nouvelles conditions de marché, de travail, de compétition politique, ainsi que, plus généralement, à l’impact des moyens massifs de communication et les technologies de l’information digitale. De façon générale, ces processus ont mis en jeu de nouveaux acteurs sociaux et de nouveaux cadres institutionnels de régulation, donnant lieu à une redéfinition large des ordres territoriaux.

L’imbrication de ces processus conduit à prêter une attention particulière aux concepts de territoire, territorialité, (dé)territorialisation et gouvernance, pour rendre compte des nouvelles formes d’appropriation de l’espace et de gestion des ressources qui résultent de l’inégale capacité des individus et des collectifs composant les sociétés locales à peser dans les reformulations des ordres politiques, juridiques et culturels. Il s’agit de comprendre et d’expliquer les logiques d’acteurs qui interviennent dans la reformulation des ordres territoriaux. Dans cette démarche, on s’intéressera à trois champs imbriqués de relations sociales, que nous chercherons à distinguer analytiquement.

Au sujet des dimensions politiques de ces recompositions, le WP 2 s’attachera aux diverses formes de négociation, d’alliance d’intérêt et de résistance qui se manifestent dans le cadre des projets néo-extractivistes (fracture hydraulique, parcs éoliens, mine à ciel ouvert, centrales hydroélectriques, grandes cultures transgéniques, voir Gudynas, 2013) et qui mobilisent de façon centrale dans leurs expressions l’idée de défense du “territoire”. La région mésoaméricaine est particulièrement confrontée à la croissance des activités extractives, notamment dans certains espaces qui étaient jusqu’alors des marges économiques et sociales des territoires nationaux et dans lesquels les logiques d’exploitation et d’appropriation prennent un écho particulier. Ces processus, d’exploitation, comme ceux à travers lesquels s’expriment les formes de leur résistance, s’organisent en outre selon des logiques transnationales qui rendent pertinente une analyse à l’échelle régionale. Les travaux du WP2 s’articuleront autour des questions suivantes : Comment ces divers mouvements s’approprient-ils une notion (le territoire) qui récemment encore était l’apanage des milieux académiques ? Comment est pensé le territoire dans les espaces locaux qui sont confrontés à de tels processus de reconfiguration et de resignification de l’usage de leurs ressources naturelles ? Et comment penser encore le « territoire local » dans un contexte de mise en réseau et de logiques transnationales ?

Dans le champ juridique, il s’agit d’analyser les expressions et incidences des situations de pluralisme normatif et institutionnel (relatif à la coexistence et l’interaction de systèmes d’autorités formelles et informelles dans la régulation de l’accès aux ressources) sur les formes d’appropriation de l’espace, les dynamiques d’inclusion et d’exclusion, et celles des interactions avec d’autres espaces sociopolitiques. Plus qu’en termes de déplacement et de substitution de systèmes normatifs et d’autorité locaux par ceux issus des dispositifs de globalisation, la circulation de règles et de référentiels opère par superposition et coexistence des registres juridiques et administratifs. Cette coexistence peut opérer de manière fonctionnelle et complémentaire, pour résoudre de façon pragmatique les problèmes locaux et ceux qui touchent aux relations des organisations locales avec leurs voisines ou avec des instances de gouvernance surplombantes, mais aussi sur le mode conflictuel, en ouvrant des champs d’expression pour des revendications antagoniques et des stratégies opportunistes portant sur le contrôle de certaines ressources. Ces situations de pluralisme des règles et des juridictions ne sont en rien nouvelles ; elles ont été amplement décrites, notamment dans les travaux sur la formation de l’État et de ses dispositifs d’ancrage local (Joseph & Nugent, 1994; Nuijten, 2003; Léonard et al., 2009), ou encore au sujet de la coexistence de normativités locales et étatiques dans les processus de mise en œuvre de la réforme agraire au Mexique (Velázquez, 2006; Torres-Mazuela, 2016). La nouveauté des processus actuels, dont nous souhaitons rendre compte, réside dans la multiplication des registres normatifs et des sources d’autorité pouvant prétendre à la légitimité et au contrôle des ressources locales. Comment et par le jeu de quels dispositifs de régulation se combinent des “us et coutumes” locaux, des dispositions juridiques étatiques, des normes privées et des règles issues de conventions et d’instances internationales ? Comment ces combinatoires variables et dynamiques s’expriment dans la construction de nouvelles juridictions, dans la production et la différenciation des territoires, dans les dynamiques d’inclusion et d’exclusion sociale de l’accès aux ressources ?

Dans le champ culturel, ce WP s’intéressera particulièrement aux changements dans les sentiments d’appartenance qui se produisent de façon imbriquée aux processus de recomposition territoriale et de transformation des régimes institutionnels. Comment, par exemple, les producteurs de régions agricoles qui ont cessé d’être essentiellement sucrières, caféières ou céréalières reconsidèrent leur identité sociale, dans des contextes où leurs formes de participation et de représentation politique, à travers des canaux socioprofessionnels institutionnalisés, subissent de profondes recompositions ? Dans le cas mexicain, comment les membres des ejidos envisagent-ils ce statut lorsque leurs terres passent sous le contrôle d’entreprises immobilières, minières ou touristiques ? Comment les identités indigènes sont-elles réinventées pour déclarer « libres d’OGM et d’activité minière » certains territoires ? Comment se reconfigure la vie sociale et culturelle d’une région où ont disparu les activités qui fondaient l’organisation territoriale et politique ? De quelles manières les revendications ethniques ou raciales sont-elles mobilisées pour favoriser le contrôle sur des ressources disputées ?

La question théorique qui se trouve au centre de ce projet concerne la façon dont se reconstruit le local (Appadurai, 1991) dans les contextes de globalisation et de recompositions territoriales, c’est-à-dire comment, à travers quelles procédures et quels processus socioculturels sont reformulés les registres d’autorité, de légitimité et d’appartenance au sein de communautés situées. Le projet assume que ces registres sont élaborés et réélaborés en étroite relation avec les politiques publiques, les activités productives, les marchés de travail, les régimes de propriété, les formes de religiosité et d’organisation politique qui forment l’environnement quotidien de ces communautés. Il s’agit ici de documenter et d’analyser de façon comparée ces processus, de façon à identifier des régularités et des logiques transversales permettant de dépasser les particularismes locaux.

Le projet propose à cet égard d’élaborer des propositions de recherche sur les différentes dimensions exposées ci-dessus, à partir d’un guide partagé, orienté à permettre des analyses comparables de processus sociaux au Mexique et en différents pays d’Amérique Centrale. Ces propositions “atterries” (situées) seront discutées et enrichies de façon collective dans le cadre de deux séminaires qui auront lieu au cours de la première année du nouveau programme (2019), de façon alternée au Mexique et dans un pays d’Amérique Centrale. La même dynamique sera suivie au cours des deux années suivantes, de façon à favoriser la participation collective à la discussion des résultats de terrain. L’objectif poursuivi est tout autant d’articuler et de valoriser les recherches en cours, en coordonnant des numéros thématiques de revue ou des ouvrages collectifs, que de permettre l’élaboration de réponses communes à des appels à projets de recherche. En quatrième année du projet (2021), les résultats définitifs des différentes recherches feront l’objet de l’organisation d’un colloque dans le cadre duquel seront demandées des communications collectives, engageant au moins deux chercheurs travaillant sur des espaces distincts mais comparables quant aux processus qu’ils mettent en jeu. Ces communications devront avoir une forme permettant leur publication rapide.


[1] Voir Moraga Guzmán (2006), pour le cas des zones de production caféières au Nicaragua.

Mobilités, gouvernance et ressources dans le bassin méso-américain

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search