WP3 – Circulation des savoirs, construction des régimes de légitimité et dynamiques des pouvoirs

Coordinateurs : Elisabeth Cunin, Jean Foyer, Natalia de Marinis

Le thème des savoirs, de leur construction, leur contrôle, leur transmission et leur rétention, et des processus d’inclusion et d’exclusion qui se nouent autour de leur appropriation est consubstantielle aux questions de circulation qui sont au centre des travaux de MESO. Ce working package s’intéresse aux logiques, processus et dispositifs par lesquels des acteurs individuels et collectifs se positionnent aux frontières entre des organisation sociales (communautés, groupes ethniques, agences étatiques, corporations privées, professionnelles ou scientifiques, réseaux sociaux, politiques ou religieux…), y assument des fonctions de production et de circulation de savoirs spécifiques, et contribuent, de façon calculée ou instrumentalisée, à une recomposition des espaces de pouvoir à partir du contrôle sur ces savoirs. Dans cette perspective, les travaux conduit dans le cadre de ce WP s’attachent plus particulièrement aux dispositifs et processus sociaux à travers lesquels un savoir “utile”, appropriable et mobilisable par certains groupes d’acteurs (relevant de communautés locales, de mouvements sociaux, de groupements politiques ou religieux, professionnels…) est construit à l’interface entre des savoirs “locaux”, situés, et des savoirs “experts” (techniques, juridiques, scientifiques, linguistiques, organisationnels, etc.). Cette problématique renvoie aux figures de courtage étudiées par la socio-anthropologie du développement (Long, 1996 : Bierschenk et al., 2002), en référence aux acteurs intermédiaires capables d’assurer des médiations sociales, normatives, politiques, linguistiques, etc., entre acteurs et institutions divers dans le cadre des opérations de développement.

Ces fonctions de production et de diffusion de savoirs sont imbriquées dans les dynamiques de pouvoir à différentes échelles : domestique, locale/communautaire, régionale, sectorielle (relative à un “secteur” d’activité ou d’action publique), nationale. Le contrôle de la production de savoirs “utiles”, de leur accès et de leur distribution, représente une ressource pour altérer ou, au contraire, consolider des rapports de domination à ces différents niveaux[1]. Dans cette perspective, la science politique s’est intéressée à la formation et le fonctionnement de “communautés épistémiques” (Haas, 1992), formées par des groupes d’acteurs organisés, afin de produire, diffuser et imposer un savoir spécifique au sein d‘arènes politiques particulières – de dimension nationale ou internationale –, dans l’objectif d’y acquérir des avantages positionnels et y construire un pouvoir bureaucratique.

L’histoire du Mexique et des pays d’Amérique Centrale et des Caraïbes est riche en exemples quant à la façon dont des intermédiaires, scientifiques, juridiques, techniques ou linguistiques ont formé des réseaux de savoirs et établi des relations avec les sphères politiques locales, nationales et/ou transnationales, ainsi qu’avec des instances légales/officielles, pour y acquérir de tels avantages positionnels. Le rôle de ces intermédiaires dans l’élaboration et le transfert, au niveau des sphères locales et nationales, de manières de qualifier les communautés et les populations, leurs ressources naturelles, leurs formes et normes de gouvernement, ainsi que leurs principaux traits linguistiques et culturels, ou encore dans la définition de leurs frontières territoriales, a également eu une importance de premier plan dans l’organisation des institutions nationales et internationales et dans leur hiérarchisation. Ils ont également joué un rôle déterminant dans les façons de définir les projets nationaux et étatiques, de penser la citoyenneté nationale et ses relations avec la construction des “autres”, en termes d’incorporation, d’inclusion subordonnée ou de négation/exclusion.

Le working package propose d’analyser la formation et les trajectoires de figures individuelles et collectives de la médiation scientifique, socioculturelle, institutionnelle, experte ou militante, entre des populations et communautés locales, d’une part, des instantes étatiques, des entreprises privées ou des organisations transnationales, d’autre part ; il s’intéresse à leurs processus d’institutionnalisation en tant qu’opérateurs légitimes de ces médiations. Le WP3 prêtera une attention particulière aux logiques et processus d’organisation de ces acteurs en “communautés épistémiques” formelles ou informelles, ainsi qu’aux espaces politiques dans lesquels ces réseaux de savoirs se projettent pour développer leur influence et leur pouvoir. Dans le même ordre d’idée et de manière symétrique, il s’intéressera aux processus de changement institutionnel, culturel et politique induits par ces acteurs et aux dynamiques de pouvoir qui en résultent, aux niveaux local, national et international. Cette approche conduit à positionner la focale des recherches au croisement d’une sociologie des acteurs en analysant les ressources qu’ils mobilisent et leurs logiques et registres d’action, d’une anthropologie des institutions et d’une histoire des sciences.

  • La production et l’appropriation des catégories de la différence.

Ce volet s’intéresse aux processus de redéfinition des registres d’appartenance qui tendent à faire de la « différence » une catégorie politique, sociale, culturelle, déterminant les statuts individuels et collectifs, que ce soit dans des logiques de valorisation et reconnaissance, ou au contraire de stigmatisation et de mise à l’écart. Il s’inscrit en référence à une question centrale : comment sont produites et appropriées les catégories de la différence légitimes, c’est-à-dire celles qui s’imposent comme catégories de l’action et viennent alimenter les discours et les pratiques des acteurs ? Il considère en particulier les ruptures, continuités, superpositions, aléas, dans la définition, la reconnaissance et la relation à l’autre au long des XXe et XXIe siècles.

En se situant au croisement du savoir et du politique, on cherchera à comprendre l’émergence et l’institutionnalisation de régimes d’altérité spécifiques, mais aussi leurs tensions internes, leurs formes d’inclusion/exclusion et de remises en cause. Ils s’intéresseront notamment aux politiques de la différence et à la façon dont certains instruments et paradigmes (intégration, indigénisme, afrocentrisme, lutte contre la discrimination, multiculturalisme, judiciarisation, réparation, etc.) ont été privilégiés, transformés, abandonnés, au croisement des logiques locales, nationales et internationales et aux circulations de catégories, de normes et d’acteurs entre ces 3 niveaux.

  • La construction des régimes normatifs de qualification des ressources naturelles et de régulation de leur accès

Ce volet s’attache au rôle de figures d’experts – scientifiques, intermédiaires juridiques (tinterillos ou leguleyos), lettrés (escribas), ingénieurs topographes ou géomètres, linguistes – dans la façon dont des ressources naturelles (terre, forêts, eaux, espèces domestiquées ou sauvages…) et leurs formes d’usage et d’appropriation par des sociétés locales ont été (re)qualifiées dans le cadre des processus de réformes légales des régimes de propriété au long des XIXe-XXIe siècles. Au-delà de ces processus portant sur la façon de nommer les choses et les droits et l’imposition d’un paradigme normatif, il s’agit d’examiner comment, à travers quels processus de traductions et de médiations culturelles et institutionnelles, ces cadres normatifs ont été négociés, partiellement reformulés et réappropriés dans les espaces locaux ou sectoriels (administrations étatiques, projets de développement ou de conservation, syndicats et organisations socioprofessionnelles) de leur mise en application.

Il s’agira en particulier de s’intéresser aux jeux croisés de politisation et dépolitisation des ressources, de leurs formes et leurs droits d’usage, à travers les discours narratifs (narratives), les pratiques administratives et les pratiques sociales, en référence aux logiques et stratégies de ces acteurs particuliers que sont les spécialistes en savoirs « experts ».

  • L’épistémologie comparée de la pensée anthropologique et socio-politique.

Ce volet se propose explicitement d’approfondir les travaux conduits à Haïti et Cuba dans la cadre de MESO 1 en les étendant au contexte du Mexique et, si l’avancée des travaux le permet, à des pays d’Amérique centrale (Guatemala, Costa Rica). Il se propose d’analyser les échanges, débats et circulations transnationales qui ont alimenté le développement des pensées socio-politiques et/ou des ethnologies « nationales » dans les différents pays entre les années 1930 et 1980, en référence à l’émergence de réseaux régionaux et internationaux à la fois scientifiques, politiques, littéraires et artistiques, se réclamant de l’anti-impérialisme, du socialisme ou du communisme, ou cherchant à proposer des manières différentes de penser l’humanité (Tricontinentale, panafricanismes, socialismes indigènes, multiculturalismes). La mise au jour d’échanges, et plus largement d’une circulation d’idées, sera d’abord envisagée à partir des liens tissés entre plusieurs figures ou mouvances intellectuelles incontournables. L’inscription de ces mouvances dans des espaces intellectuels, scientifiques et politiques sera mise en perspective. Une attention particulière sera aussi portée aux liens entre ethnologie, littérature et monde des arts, en les comparant avec ceux qui se sont développés dans d’autres régions et continents.

Les travaux s’intéresseront plus spécifiquement à la nature des relations entre intellectuels et pouvoir politique et aux formes d’instrumentalisation des disciplines scientifiques par ce pouvoir ; aux jeux croisés de l’institutionnalisation du savoir scientifique dans la circulation des savoirs, la délimitation des frontières entre disciplines, et dans les reconfigurations du champ politique ; aux processus de construction d’objets de recherche légitimes dans les différents champs disciplinaires et à leurs formes de projection dans le champ politique et la construction des identités nationales et régionales


[1] Elle renvoie à cet égard à une dimension de la gouvernementalité définie par Foucault (2001), en tant qu’ensemble constitué de techniques et de dispositifs de gouvernement, qui repose sur la mobilisation de savoirs particuliers et le contrôle de leur distribution, dont l’objectif est l’exercice du pouvoir et la domination de la, population.

Mobilités, gouvernance et ressources dans le bassin méso-américain

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search