WP4 – Formation à et par la recherche

Coordinateurs : Isabel Avedaño, Pierre Merlet, Eric Léonard

Le projet scientifique MESO 2 situe la formation à et par la recherche, à la fois comme un engagement incontournable dans le processus de développement des collaborations universitaires entre la France, l’Amérique Centrale et le Mexique, et comme une composante centrale de l’articulation entre les lignes de recherche. La contribution à la formation de compétences par la recherche est conçue comme une activité transversale permettant les dialogues entre ces thématiques, à travers leur participation conjointe à des modules ou des lignes de master et l’accompagnement d’étudiants sur des terrains partagés, investis conjointement à partir des perspectives, outils conceptuels et méthodes d’investigation mis au point au sein des différents WP. La formation est ainsi conçue comme un working package en soi, transversal aux lignes de recherche proprement dites, et essentiel dans la production d’outils conceptuels et d’analyses partagés, c’est-à-dire de nouvelles connaissances scientifiques.

Cette entreprise est conçue dans une logique de co-construction et d’ancrage d’un projet pédagogique et de recherche au sein des université centre-américaines qui sont associées, par convention ou de façon plus informelle, au LMI : UCR et UNA au Costa Rica, UCA au Nicaragua, USAC au Guatemala. Il s’agit de contribuer à des formations de master déjà existantes ou en cours de montage à travers l’offre de modules thématisés, transdisciplinaires, à fort contenu méthodologique et intégrant une application concrète de ces méthodes sur des terrains de recherche.

Les différents groupes de travail (WP) du LMI contribueront conjointement au montage d’un module de formation à et par la recherche s’insérant dans des programmes académiques déjà existants au sein des universités partenaires. Ces modules pourront être transversaux et mutualisés par différentes formations disciplinaires (géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques…), en étant programmés en clôture de semestre ou sur les périodes inter-semestrielles, et seront validés dans le cadre de ces formations. Ils concerneront des objets de recherche transversaux aux différents WP qui feront l’objet d’un module spécifique au cours des quatre années de reconduction du LMI (par exemple : les recompositions territoriales ; les dynamiques de la citoyenneté ; les dynamiques des identités collectives et de l’altérité) de façon à permettre le croisement des regards et des approches depuis les objets thématiques et les outils conceptuels développés au sein des différents WP.

Ces modules sont conçus sur une période de deux semaines de formation intensive, au cours desquelles une demi-douzaine de chercheurs (relevant de l’université co-organisatrice et des institutions partenaires), représentatifs des différents WP, seront mobilisés à temps complet :

  • Une première semaine de cours fournissant des clés théoriques et méthodologiques à l’analyse des phénomènes analysés, depuis les champs de recherche disciplinaires et empiriques représentés au sein des différents WP (par exemple : la gouvernance des ressources ; les processus de mobilité ; les figures et dispositifs de la médiation ; les formes d’exercice du pouvoir local et de sa contestation).
  • Une seconde semaine de recherche sur un terrain partagé, dans le cadre de laquelle des groupes d’étudiants analyseront la problématique faisant l’objet du module, depuis les perspectives et les approches mises en œuvre au sein des différents WP et proposées lors de la première semaine ; ces investigations collectives feront l’objet de restitutions quotidiennes en plénière, de façon à enrichir et interroger de façon croisée les approches thématiques et/ou disciplinaires.
  • Une troisième étape concernera la production d’une note de synthèse éclairant la problématique analysée à partir des différentes approches mobilisées. Cette note pourra prendre la forme d’une policy brief qui fera l’objet d’une restitution auprès des groupes sociaux ayant fait l’objet de la recherche : sociétés locales, autorités et instances administratives locales, projets de développement et dispositifs publics et associatifs (ONG) y prenant part.

Ces modules sont explicitement orientés vers la formation par la recherche au niveau master, mais aussi, on le voit par la formule proposée, vers la construction de cadres conceptuels et analytiques partagés par les différents WP, c’est-à-dire vers la constitution d’une “communauté épistémique” transdisciplinaire et transnationale dont le LMI serait l’espace de gestation. Un second type de produit issu de cette organisation concernera donc l’édition de cahiers académiques MESO systématisant les apprentissages et méthodes tirés de chaque expérience (à l’image des Cuadernos MESO 3 et 4, produits à partir de cours internationaux de la phase 1).

L’idée rectrice est que ces modules soient organisés alternativement dans une université partenaire (UCR et UNA au Costa Rica, UCA au Nicaragua, USAC au Guatemala), et qu’ils puissent bénéficier, dans la mesure du possible, d’une validation académique de la part de ces universités, en tant que formation diplômante, voire qu’ils puissent s’inscrire explicitement dans le cadre de masters et doctorats existants. Dans l’idée d’inscrire ces formations dans le « paysage » académique régional, le LMI pourra proposer un suivi dans la durée des projets de mémoire et de thèse des étudiants ayant participé aux modules, sous réserve d’accord des formations diplômantes.

Du fait de sa fonction centrale d’opérateur de la transversalité dans la configuration du nouveau projet de laboratoire et de son potentiel en termes de structuration et pérennisation d’une communauté transnationale de recherche entre les pays d’Amérique Centrale, le Mexique et l’Europe, le volet de formation à et par la recherche constitue un working package au même titre que les lignes d’investigation précédemment décrites. Il fera l’objet à ce titre d’une coordination spécifique, associant un chercheur français (Éric Léonard, IRD) et deux collègues d’universités centre-américaines (Isabel Avendaño, UCR Costa Rica et Pierre Merlet, Instituto Nitlapan/UCA-Nicaragua).


[1] Les cours intensifs internationaux organisés dans le cadre du premier mandat du LMI ont ainsi bénéficié d’une validation en tant que séminaire de recherche dans le cadre des doctorats habilités par le CIESAS, au Mexique.

Mobilités, gouvernance et ressources dans le bassin méso-américain

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search